Exposition Yverdon et son Château au fil du Temps, thème Vues extérieures (tirage numérique grand format 230cm x 300cm). © tcherdyne communication & design 2009


Selon Cleradius Dangin

1646

Cette très ancienne peinture sur bois nous montre la ville vue depuis le sud, telle qu’elle se présente au milieu du XVIIe siècle, protégée par son enceinte et ici par le bras de la Vieille Thièle (disparu au XVIe siècle), qui borde le flanc méridional de la ville.
Yverdon brûlé par les Turkos?
Yverdon a effectivement été incendiée en 1476. Les auteurs de cet acte n’étaient cependant pas des Turkos, mais les Bernois… qui devinrent maîtres de la ville et du canton 60 ans plus tard. Voilà pourquoi, en 1646, en pleine période bernoise, Cleradius Dangin, quand il peint cette scène, choisit d’attribuer l’incendie (ainsi que le massacre et le pillage) à des agresseurs imaginaires. On n’est jamais trop prudent… Huile sur bois de Cleradius Dangin. Ville d’Yverdon-les-Bains. Photographie Claude Bornand, Lausanne

1646

Prise d’Yverdon par Pierre de Savoie en 1260 : épisode historique fantaisiste illustré par Cleradius Dangin. L’aspect de la ville est fidèlement restitué, exception faite du lac qui n’est que rarement venu jusqu’au pied des murs. Au centre, le pont qui enjambe le canal des Moulins et relie la ville au Faubourg de l’Hôpital (ou Faubourg des Moulins). A droite, la tour-porte de Gleyres est munie d’un pont-levis qui permet de contrôler la passerelle traversant la Thièle. Le peintre a donné de l’importance à cet accès, car au Moyen Age, celui donnant sur la rue du Lac n’existait pas encore. Comme on peut s’en rendre compte, le système défensif élaboré par les Bernois fait de la ville d’Yverdon un site très bien fortifié. Huile sur bois de Cleradius Dangin. Ville d’Yverdon-les-Bains. Photographie Claude Bornand, Lausanne


De lac en Thièle

1778

Vue d’Yverdon, prise depuis Clindi. Un bateau à fond plat (le lac est très peu profond en cet endroit) et non ponté emporte un lourd chargement de tonneaux de vin à destination de Soleure. Les bateliers de la compagnie sont réputés gros buveurs, et on raconte qu’ils substituent l’eau du lac au précieux breuvage qu’ils acheminent. De là I’expression malicieuse il est sur Soleure qualifiant un buveur chancelant, batelier ou pas. Au premier plan, des scènes de la vie de tous les jours: les hommes pêchent, les femmes font la lessive pendant que leurs enfants en bas âge jouent sur la grève, quelques jeunes gens se baignent dans le plus simple appareil. Par Jean Louis Aberli, 1778

1810 environ

Les structures défensives de la ville disparaissent peu à peu. L’ancien pont de Gleyres, à bascule, a été remplacé par une construction d’un seul tenant en 1807. Le mur de fortification et la tour ronde ne seront bientôt plus qu’un souvenir. De gauche à droite, la maison des commerçants Mandrot, la porte de Gleyres au bout de la rue du Lac, le Collège avec sa tour d’escaliers, la rangée de maisons bordant l’actuelle rue du Collège, la tour-porte Bachiez à l’extrêmité de la rue du Milieu et les boucheries édifiées en 1758 sur le pont enjambant le canal des Moulins. Illustration: Musée d’Yverdon et région

1805 environ

Le port d’Yverdon sur la Grande Thièle. A gauche, devant les entrepôts, deux hommes amènent les tonneaux qui seront chargés sur un bateau à destination de Soleure. A droite, le port de pêche, avec ses tréteaux pour le séchage des filets. Au fond, devant la porte de Gleyres, le pont à bascule démoli en 1807. Par Charles Guillaume Théremin. Les dessins de la providence, éditions du Journal d’Yverdon, 1981


Par les voies de terre

1785 environ

Vue de la ville d’Yverdon prise de la Prairie. Dessin de le Barbier, gravé par Dequevauviller. Musée d’Yverdon et région

1860 environ

Yverdon vu depuis Bellevue, avant la construction de la voie de chemin de fer.
Chez Henry Pahud à Yverdon
J. Jouvet, éditeur à Lausanne
M. Steinlen
Lithographie Imprimerie Spengler & Cie
Musée d’Yverdon et région

1865 environ

Yverdon vu depuis au-dessus des Bains. La voie de chemin de fer a été construite: à gauche, dans le lointain, une locomotive à vapeur tracte quelques wagons. Illustration: Musée d’Yverdon et région, numérisation MY


© tcherdyne communication & design 2009


Publicités