Exposition Yverdon et son Château au fil du Temps, thème Rues et ruelles (tirage numérique grand format 230cm x 400cm). © tcherdyne communication & design 2009


La rue du Lac

XVIIIe
Détail d’un plafond peint dans une maison privée. Photo Robert Brunner, architecte, Yverdon-les-Bains

1896
Le Bureau de poste (ainsi que celui des péages) est situé en face de l’Hôtel de Londres et en face de la maison où s’installera la confiserie Schneider. C’est dans le grand jardin à l’arrière du bâtiment que sera édifié, en 1897, le nouvel Hôtel des postes et télégraphes. L’ancien Bureau de poste sera ensuite démoli, libérant ainsi un espace qui deviendra la rue de la Poste, ouverture agréable sur les Remparts. Photo: Votre Musée, avril 2009, Yverdon-les-Bains

1900 environ
Angle rue du Lac – rue du Pré. En 1896, Alexandre Walther-Bloch reprend le commerce de chapeaux et tissus de Jacques Levaillant et y installe ses grands magasins Au Bon Marché, auparavant situés en face de l’Hôtel de Londres (ancien Hôtel du Sauvage). Le vaste hall, tout en hauteur, aménagé avec des galeries, présente de façon élégante les produits les plus divers: tissus, chapeaux, confections, chaussures, trousseaux, nouveautés… Cette maison importante cessera son activité en 1961 pour faire place à une grande surface. Photo: Le vieil Yverdon, éditions de la Thièle, Yverdon-les-Bains, 1994

Vers 1900
Les bazars sont les grandes surfaces commerciales de nos arrière-grands-parents. On y vend de tout, comme dans le Grand Bazar Antoine Nicodet: chaussures, articles de ménage, parapluies, petits meubles, bibelots, jeux, jouets, luges, petits chars, articles de voyage… L’immeuble qui abrite le Grand Bazar Antoine Nicodet en ce début de XXe siècle accueillera par la suite la Maison du Peuple, puis, entièrement transformé, deviendra le magasin Innovation (actuellement C&A). Photo: Yverdon et son district, éditions Faubourg de la Croix-Blanche, Yverdon-les-Bains, 1982

1905 environ
Alexandre Walther-Bloch a fait installer un réverbère au-dessus de l’entrée de ses grands magasins Au Bon Marché. De l’autre côté de la rue, on voit que les commerces commencent à se doter d’enseignes modernes et visibles  (marchand de lunettes, commerce de papiers peints…). Les charrettes de livraison se garent le long du trottoir. Photo: Le Vieil Yverdon raconté par la carte postale, éditions Faubourg de la Croix-Blanche, Yverdon-les-Bains, 1976

Vers 1905
A droite s’élève le bâtiment abritant la Pharmacie centrale (actuellement Kuoni Voyages). Cet immeuble, édifié en 1851, a remplacé Champ d’Asile, une maison construite à la fin du XVIIe siècle par un réfugié huguenot. Au bout de la rue, la porte du Lac a disparu, on devine l’autre rive de la Thièle. Photo: Yverdon et son district, éditions Faubourg de la Croix-Blanche,Yverdon-les-Bains, 1982

Vers 1910
Une luxueuse calèche et son voiturier attendent le client devant la Grande Brasserie de Soleure. Photo: Le Vieil Yverdon raconté par la carte postale, éditions Faubourg de la Croix-Blanche, Yverdon-les-Bains, 1976

1947
Les pavés ont été recouverts de macadam. La bicyclette est devenue le mode de transport favori des Yverdonnois. Attelée à une petite charrette, elle est très appréciée pour les livraisons. Photo: Yverdon, éditions du Griffon, Neuchâtel, 1947

1958
Les Trente Glorieuses ont transformé la paisible rue du Lac en une artère très commerçante. Les enseignes se sont multipliées, les panneaux de signalisation ont fait leur apparition, la circulation automobile est désormais à sens unique. Photo: Yverdon, éditions du Griffon, Neuchâtel, 1959

2009
En juin 2009, une vingtaine de commerçants de la rue du Lac posent pour le journal et la postérité. Photo Lionel Pittet. © La Région Nord Vaudois

1910 environ
En 1891, Lucien Hartmann, de Fribourg, rachète le Café du Chemin de fer, souvent mis à l’amende pour fermetures trop tardives, et le transforme en brasserie, à l’enseigne de la Grande Brasserie de Soleure (à gauche sur la photo), car on y débite une bière produite dans cette ville. Situé en face de cet établissement, le magasin de mode A la ville de Lyon propose tissus et soieries (actuellement boucherie Robellaz). Photo André Kern. Le vieil Yverdon, éditions de la Thièle, Yverdon-les-Bains, 1994


La rue du Milieu

XVIe
Le pont des boucheries relie le Faubourg de l’Hôpital à la rue du Milieu (visible à l’arrière-plan). La porte Bachiez, édifiée entre 1560 et 1561, fait angle avec le bâtiment des boucheries, construit en 1758. Tout à gauche, l’Hôpital-dessous. Illustration: Merveilleux Yverdon-les-Bains, éditions du Grand-Pont, Lausanne, 1987

1900 environ
La rue du Milieu est l’ancienne Grande charrière, soit l’axe principal de la ville neuve de Pierre de Savoie. A gauche, l’enseigne du Café de la Couronne, l’une des plus vieilles auberges d’Yverdon, puisqu’elle est mentionnée au XVIe siècle déjà. Photo: Le vieil Yverdon, éditions de la Thièle, Yverdon-les-Bains, 1994

Vers 1900
On bûche son bois dans la rue, car celle-ci est encore perçue comme étant une annexe de la sphère privée. Les activités domestiques ou artisanales ne se cantonnent pas à l’intérieur des maisons, mais s’étalent sur la voie publique. Photo: Le Vieil Yverdon raconté par la carte postale, éditions Faubourg de la Croix-Blanche, Yverdon-les-Bains, 1976

Vers 1913
La Maison Bernardin. Construite à la fin du XVe siècle, elle reçoit ses fenêtres en accolades durant le 2e quart du XVIe siècle. C’est l’une des plus anciennes maisons de la ville. Photo André Kern. Le vieil Yverdon, éditions de la Thièle, Yverdon-les-Bains, 1994

1920 environ
Photo prise à la hauteur du Café de la Couronne. On devine la statue de Johann-Heinrich Pestalozzi à l’extrêmité de la rue. Crédit Bibliothèque nationale suisse. Photo: 57 photos d’Yverdon, éditions de la Thièle, Yverdon-les-Bains

1925 environ
Maison Bernardin. Illustration Musée d’Yverdon et région

2009
Les commerçants de la rue du Milieu en mai 2009. Photo Muriel Antille. © La Région Nord Vaudois

1950 environ
Par Charles Egli. Musée d’Yverdon et région


La rue du Four

1675
La façade de la rue du Four 18, datant de 1675. Photo: Yverdon, éditions du Griffon, Neuchâtel, 1959

1675
La cage d’escaliers de la rue du Four 18, datant de 1675. Photo: Yverdon, éditions du Griffon, Neuchâtel, 1959

XVIIIe
Rue du Four 17, ancienne maison Bourgeois. Cour intérieure avec escalier-galerie de pierre et peintures murales, sans doute l’œuvre d’un artiste italien, Carlo Cocchi, peu avant 1800.

1880 environ
Le moment de la photo, un événement extraordinaire pour l’époque: chacun a vu le photographe et prend la pose. A gauche, la Coopérative de consommation s’est installée dans le bâtiment A l’Aigle royal(Hôtel de ville no 2). A droite, une échoppe de coiffeur. La rue est recouverte de pavés ronds et comporte des caniveaux pour l’écoulement des eaux. Il n’y a pas encore de trottoirs. Photo Joseph Couturier. Le vieil Yverdon, éditions de la Thièle, Yverdon-les-Bains, 1994

1940
Le Café de Tempérance, établissement sans alcool. C’est dans cette maison que Pestalozzi a habité de l’automne 1804 au printemps 1805, avant de s’installer au Château où il résidera 20 ans. Cette bâtisse a été démolie pour faire place à l’imprimerie Cornaz. Par Edmond Bornand. Centre de documentation et de recherche Pestalozzi, Yverdon-les-Bains

1984
Rue du Four 25. Construite par le capitaine conseiller Rusillion en 1751, cette magnifique demeure fut vendue à Roger de Guimps en 1827. Il y vécut jusqu’à son décès, en 1894. Actuellement, elle est appelée maison Vaucher, du nom de son dernier propriétaire. Par André Bioley. Centre de documentation et de recherche Pestalozzi, Yverdon-les-Bains


Rues transversales et ruelles

La ruelle Punaise (punais: qui sent mauvais). Ménagée au Moyen Age pour séparer la rangée de maisons situées au nord de la rue du Milieu de celles sises au sud de la rue du Lac, la ruelle Punaise a longtemps servi de réceptacle pour les latrines et les eaux usées. Photo Perusset. Crédit Marcelle Perusset. 57 photos d’Yverdon, éditions de la Thièle, Yverdon-les-Bains

1900 environ
La rue du Pré. On y trouve deux petits hôtels: l’Union et le Guillaume Tell. Photo: Yverdon et son district, éditions Faubourg de la Croix-Blanche, Yverdon-les-Bains, 1982

1939
Passage entre la rue du Lac et la rue du Milieu. Le peintre a pris quelques libertés pour pouvoir représenter les différents éléments de la scène: la rue étant très étroite, il l’a élargie. Par Edmond Bornand. Ville d’Yverdon-les-Bains, Fonds d’Art Visuel

1947
La ruelle Buttin, du nom du pharmacien établi sur la place Pestalozzi. Photo: Yverdon, éditions du Griffon, Neuchâtel, 1947

1949 environ
La rue du Collège. Vélos, attelages traditionnels et voitures se côtoient dans un joyeux désordre. Le pavage a été recouvert par du macadam. Photo: Ville d’Yverdon-les-Bains, Archives

Vers 1960
Sortie de la rue du Pré sur la place de l’Amitié. Le mot pré ne qualifie pas une surface herbeuse, mais une place qu’on pourrait identifier à l’actuelle place de l’Amitié. En 1403, la rue du Pré s’appelait d’ailleurs rue de la Place. L’aménagement actuel de la place date des années 1980. Photo Rouge. Crédit Musée d’Yverdon et éditions de la Thièle. 57 photos d’Yverdon, éditions de la Thièle, Yverdon-les-Bains

1904
Bus automobile assurant le service Yverdon-Moudon, stationné rue de l’Ancienne-Poste, devant l’Hôtel des postes et télégraphes (actuellement Bibliothèque Publique). Photo: Le Vieil Yverdon raconté par la carte postale, éditions Faubourg de la Croix-Blanche, Yverdon-les-Bains, 1976


© tcherdyne communication & design 2009